Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bouteilles à la mer

Bouteilles à la mer

Réflexions sur la métaphysique, Dieu, la spiritualité, les religions, la science, la société et la politique

« C'est de l'impérialisme, ça ? »

En 1995, l'écrivain russe Alexandre Soljenitsyne, ex-bagnard du goulag, commentait ainsi les reproches d'impérialisme à l'égard de son pays :

« Les diplomates occidentaux ont besoin de voir la Russie morcelée, affaiblie, pour se débarrasser d'un concurrent. Mais ce furent aussi nos radicaux-démocrates dont les vociférations montèrent jusqu'aux cieux. " Impérialisme, impérialisme ! " Quelle impudence ! - ou bien leur raison était-elle à ce point obscurcie ? Où est-il l'impérialisme ? Vingt-cinq millions de nos compatriotes, des régions russes tout entières, se sont retrouvés à l'étranger, et nous ne pouvons même pas poser la question des frontières à définir ensemble ? C'est de l'impérialisme, ça ? » / Une minute par jour, Fayard, 2007, cité par l'hebdomadaire La Vie du 6 mars 2014.

L'emballement actuel à propos de la Crimée est des plus suspects. Des patrouilles d'avions de l'OTAN ou d'un navire de guerre américain dans la mer Noire, annulation du G8 de Sotchi, restriction des visas, gel d'avoirs russes, c'est oublier un peu vite que la Crimée n'a été attribuée par Nikita Khrouchtchev à la République Socialiste Soviétique d'Ukraine qu'en 1954, lors du trois-centième anniversaire – bien arrosé – de l'union de l'Ukraine à la Russie. Ce, bien entendu, sans la moindre consultation des habitants de Crimée.

C'est oublier aussi qu'un des premiers gestes du nouveau gouvernement provisoire ukrainien a été de dénier au russe sa reconnaissance comme deuxième langue de l'Ukraine. Était-ce vraiment un bon préalable pour convaincre les russophones de se sentir ukrainien ?

Hollande ferait bien de se calmer et de cesser de jeter de l'huile sur le feu. Il joue – et pas seulement lui – un jeu très dangereux. Nicolas Sarkozy, pour qui je n'ai pas voté, s'était bien mieux comporté lors de la crise Géorgienne. Loin de couper les ponts ou de brandir des menaces, il s'était déplacé tant à Moscou qu'à Tbilissi jusqu'à obtenir un arrangement acceptable.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article