Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bouteilles à la mer

Bouteilles à la mer

Réflexions sur la métaphysique, Dieu, la spiritualité, les religions, la science, la société et la politique

Dieu et la Science

The Galactic Centre above the ESO 3.6-metre telescope This photograph was taken by ESO Photo Ambassador Serge Brunier.

The Galactic Centre above the ESO 3.6-metre telescope This photograph was taken by ESO Photo Ambassador Serge Brunier.

  •  Dieu ne remplace pas la Science
  • La Science implique Dieu
  • L'expérience de Dieu
  • Religion et expérience de Dieu
  • L'expérience de Dieu ouverte aux athées
  • La Raison veille sur la Foi 
Dieu et la Science

Pour la Science, l'explication par Dieu n'est pas la bonne réponse aux questions non résolues. C'est toujours en persévérant dans les observations - les expérimentations quand l'objet étudié le permet - en formulant des hypothèses et en procédant à des vérifications que les chercheurs font progresser la Science. Une hypothèse « Dieu » qui nous dispenserait de ces recherches est une démission dont la Science ne peut se satisfaire. On voit cependant des croyants de tout bord se livrer à des contorsions pour essayer de se persuader que les prémisses de la Science se trouvaient déjà dans les écritures sacrées voire même affirmer que les dites écritures ont raison contre la Science.

Aujourd'hui les scientifiques ne se préoccupent guère de ce que pensent les religieux. Le temps est bien révolu où Galilée devait, pour sauver sa peau, abjurer ses convictions scientifiques. Encore que, en Arabie saoudite, on s'exposerait pour le moins à mille coups de fouet à vouloir enseigner des vérités scientifiques reconnues partout ailleurs mais allant à l'encontre de certaines assertions du Coran.

Dieu et la Science

Pourtant on ne peut pas dire que la Science contredise l'existence de Dieu. Au contraire, si l'on y réfléchit bien, la considération de la faisabilité de la Science constitue en soi une approche rationnelle de Dieu. En effet pour que la Science soit possible il faut certes l'intelligence de l'Homme mais il faut aussi que la Nature soit intelligible. Nous n'avons pas fait la Nature, nous ne nous sommes pas faits nous mêmes. Il faut donc bien que la Nature et nous mêmes procédions d'une intelligence. D'où la nécessité logique d'une entité consciente, Dieu, qui aurait imaginé la Nature, présidé à son évolution jusqu'à l'émergence de l'Homme et, certainement, jusqu'à l'émergence d'autres êtres pensants ailleurs dans l'Univers. Des êtres qui, précisément par la Science, déchiffrent l’œuvre de Dieu.

 

Dieu et la Science

Autre considération qu'un esprit tourné vers les sciences ne peut oublier c'est l'aspect expérimental. Nombreux en effet sont les hommes ou femmes qui ont fait et qui font encore aujourd'hui l'expérience de Dieu. Cette expérience diffère certes d'une expérience scientifique mais elle n'en est pas moins une expérience.

À part la passion qu'il peut y mettre, le chercheur scientifique n'est pas impliqué dans ses recherches. L' objet de ses recherches est extérieur à lui.

Par contre, Dieu ne peut être traité en objet extérieur à soi, Il n'est pas un objet mais le Sujet par excellence, le Sujet de chacun de nos « je suis ». Celui qui expérimente Dieu est totalement impliqué, il est touché au cœur. Plus qu'une expérience il vit une aventure. Il est lui-même et il n'est plus lui-même. Sa vie en est jour après jour transformée. Elle trouve cohérence là où il y avait errance, joie indicible douce et ardente là où il y avait frustration. Pourtant rien n'est définitivement acquis. Rien n'est acquis du tout d'ailleurs : on ne possède pas Dieu. Dieu ne nous possède pas non plus, il nous libère.

Un esprit sceptique dira :

« Tout cela est bien beau mais cette expérience de Dieu n'est pas reproductible par tout un chacun, il n'y a que les mystiques pour en témoigner. Les mystiques ne seraient-ils pas d'ailleurs quelque peu dérangés ? ».

Ah bon ? Les expériences scientifiques seraient au contraire reproductibles par tout un chacun ? Il me semble pourtant que seuls ceux qui ont une culture scientifique suffisante et disposent des moyens techniques adéquats sont à même de conduire des expériences scientifiques et d'en témoigner.

Dieu et la Science

Tout compte fait l'expérience de Dieu est beaucoup plus accessible. Une culture religieuse ouverte à tous est censée en faciliter l'accès. Ce serait même là la justification de la religion si celle-ci ne s'avérait parfois un obstacle à cette expérience. Dieu y est souvent travesti en un personnage aux passions bien trop humaines. Un Seigneur qui règne, dicte des lois et des châtiments cruels. Le dévot de ce Dieu vit dans la crainte de la transgression et de l'Enfer. Avec toutefois un bémol : l'Enfer, c'est un peu dépassé. C'est au Ciel maintenant qu'on est censé retrouver un jour l'être cher qu'on vient de perdre ! Mais, malgré ces restrictions, il n'en reste pas moins que ne sont pas rares les croyants qui vivent une réelle proximité avec Dieu. Leur foi en Dieu les protège, jusqu'à un certain point, des chausses-trappes de leur religion.


 

Dieu et la Science

L'expérience de Dieu serait-elle inaccessible à ceux qui n'ont pas eu de culture religieuse ? Pas du tout. Elle peut survenir sans crier gare comme en témoigne André Frossard (fils d'un des fondateurs du Parti Communiste Français) dans « Dieu existe, je l'ai rencontré » : plutôt que de rester à l'attendre dehors, il entre avec un ami dans la chapelle d'un couvent de religieuses. Et là il bascule, c'est la révélation.

Toutefois, ce genre de conversion instantanée est assez rare. Il y a bien quelques cas célèbres comme Paul Claudel ou, conversion moins soudaine, Charles de Foucault, mais ils avaient déjà eu, avant de s'en éloigner, une éducation religieuse. Pour des athées ou des agnostiques convaincus la découverte de Dieu est plus problématique. Elle ne peut généralement survenir que s'ils sont amenés à remettre profondément leur vie en question ce qui entraîne presque obligatoirement une rupture avec des convictions, des engagements ou un milieu social.

Et le lien social est très fort. J'ai connu un vieux professeur de mathématiques qui avait participé au congrès fondateur du Parti Communiste Français à Tours en 1920. Il avait bien sûr des doutes sur la politique du Parti. Mais il me disait « dans ces cas là il faut tenir la rampe ». Tenir la rampe pour ne pas succomber au vertige. Quitter le Parti ou s'en retrouver exclu, c'était perçu comme basculer dans un précipice.

Dieu et la Science

« Tenir la rampe », c'est une attitude qui se retrouve aussi chez les religieux qui se posent des questions sur le bien fondé de telle ou telle croyance qui manifestement heurte la raison. Faire le sacrifice de sa raison serait alors un saut dans la foi. Eh bien non, la foi en Dieu ne saurait être déraisonnable ! La Raison nous vient de Dieu et nous mène à Dieu. Abdiquer sa raison c'est au contraire se vouer à des forces obscures comme l'idolâtrie d'un corps social.

La notion de Peuple Élu, le sens de l'Église ou le sens de l'Oumma sont des notions ambigües. Se reconnaître comme frères et sœurs dans la foi , garder un sentiment pour la communauté dans laquelle on a grandi ne doit pas faire oublier que cette communauté a dressé des barrières infranchissables vis à vis des autres communautés alors que Dieu n'appartient à aucune, qu'il est offert à toute l'humanité. Cela ne justifie encore moins d'instrumentaliser Dieu pour en faire le garant d'un pouvoir religieux ou d'un ordre social établi pour les siècles des siècles.

Pour conclure, le sujet Dieu et la Science est loin d'être épuisé. Je pourrai y revenir sous un angle différent dans un autre article.


 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article